2955 Boulevard du Curé Labelle, Prévost, QC J0R 1T0

450-996-0953

 

TDAH, peut-on éviter les médicaments?

TDAH, peut-on éviter les médicaments?

Il ne faut pas se leurrer, le trouble de déficit d’attention, qu’il s’accompagne d’hyperactivité ou pas, est un des diagnostiques pédiatriques les plus posés de la dernière décennie. Nous assistons à une montée fulgurante de jeunes enfants et d’adultes qui se voient octroyer cette étiquette. Il est bien évident qu’il ne s’agit pas simplement d’une nouvelle tendance, de parents qui ne veulent plus éduquer proprement leurs enfants ou encore d’enseignants qui manquent de patience.

Il s’agit plutôt de parents et d’enfants déchirés par de constants échecs scolaires, une estime de soi démolie par les pairs, des troubles d’apprentissages qui leurs rappellent à quel point ils ne sont ‘’pas bons’’, peu importe les efforts …Ces jeunes développent de l’anxiété et de l’angoisse par rapport à leurs pairs, s’y mêle un sentiment d’injustice car ils ne voient JAMAIS sinon très peu de récompenses au prorata des efforts fournis. Leur quotidien : conséquences, pénitences, travaux supplémentaires, retenus, remarques désobligeantes, etc. Que faire… ?

La médecine traditionnelle propose depuis longtemps les methylphenidate ; Concerta®, Biphentin®, Ritalin®, des psychostimulants qui ont pour but d’améliorer la dépolarisation des neurones corticales un peu comme le font les amphétamines. La médication a longtemps été perçue comme étant la seule et unique ressource scientifiquement fondée afin d’aider les patients avec des symptômes de TDAH.

Les traitements alternatifs ont fait leurs preuves au courant des dernières années en démontrant qu’il est également possible d’améliorer la dépolarisation corticale par des traitements sans médication.

Le cortex cérébral est la partie de notre cerveau qui gère le comportement volontaire, que ce soit au niveau de la parole (filtrer notre pensée et bien communiquer), du contrôle de nos gestes (tempérer nos actions ) et de l’organisation de notre pensée. Il est donc bien reconnu (que l’on soit du côté médical ou non ) que d’aider les fonctions corticales est la clé du succès pour aider le TDAH.

Selon certains auteurs, 90 % du développement du cortex cérébral vient du système moteur ( articulations et muscles) et non sensoriel( lumière, sons, toucher..). Certains scientifiques ont donc étudié l’impact de certains mouvements sur l’amélioration de la fonction cérébrale. Les techniques Retained Neonatal Reflexes® ( Dr.Keith Keen), Rythmic Movement Training ( Dr H. Bloomberg et M. Dempsey) de Mme Padovan, les techniques du Dr Masgutova et Brain Gym ( Dr.Paul Dennison) en sont quelques exemples. Leurs effets bénéfiques potentiels sont à considérer d’autant plus qu’il n’y pas d’effets secondaires indésirables à faire des mouvements. Ces sont des techniques sécuritaires qui offrent une alternative intéressante à la population.

Il est important en tant que société d’avoir le choix. Le but de cette chronique n’est certainement pas de discréditer l’usage de la médication, mais bien de promouvoir la possibilité de choisir des alternatives aux traitements pharmacologiques. Cette étude compare l’efficacité seule des traitements aux methylphenidate à ceux d’un programme à domicile effectué par les parents conjointement à l’usage de la médication. Il s’avère que l’addition du programme a démontré des résultats significatifs d’amélioration comparativement au groupe qui ne prenait que la médication.

A Comparison of Effectiveness of Parent Behavioral Management Training and Methylphenidate on Reduction of Symptomsof Attention Deficit Hyperactivity Disorder.

  • Mohammadi MR, Soleimani AA, Ahmadi N, Davoodi E.
  • Acta Med Iran. 2016 Aug;54(8):503-509.

Voici également 3 études de cas sur l’efficacité des traitements selon la technique RNR ( voir le contenu dans la section RÉFÉRENCES de notre site web :

En conclusion, pour répondre à la question initiale de cet article, l’expérience clinique et maintenant la littérature scientifique nous permet de dire que oui, nous pouvons avoir une alternative aux médicaments et que ces alternatives peuvent être combinées à un traitement en médecine allopathique.

Intéressés ? au Centre Effet Papillon nous regroupons des praticiens et thérapeutes certifiés dans plusieurs approches alternatives afin de cerner laquelle ou lesquelles conviendront le mieux à vous ou à votre enfant ! Contactez-nous ! https://www.centreeffetpapillon.com/contact/

Dre Geneviève Gagné, chiropraticienne DC

Laisser un commentaire

Rédiger un comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.